| Allocution de l'ALQ dans le cadre du forum national de consultation sur le projet de politique québécoise de la culture

Allocution de l’ALQ dans le cadre du forum national de consultation sur le projet de politique québécoise de la culture

6 septembre 2017 - Actualités

En débutant la lecture de ce nouveau projet, comme tout lecteur avisé, nous avions des attentes. Pour faire une analogie avec ces objets qui nous sont si importants, les livres, nous nous attendions à y retrouver plus fréquemment certains de nos personnages préférés. Nous avons donc été étonnés, voire déçus, de n’y presque pas retrouver « livre », « lecture » et « bibliothèque », nos personnages favoris de la politique culturelle de 1992.

En effet, dans celle-ci, le mot « livre » apparaissait à 19 reprises, alors que dans ce nouveau projet, on ne le retrouve que 2 fois. Il en est de même pour le mot « lecture », vu 12 fois en 1992 et malheureusement absent dans cette nouvelle version. De plus, considérée par plusieurs comme le 3e lieu, la bibliothèque jaillissait des pages plus de 40 fois en 1992 contre 8 fois aujourd’hui.

Pourtant, il nous semble que le livre et la lecture demeurent étroitement associés au développement des sociétés comme vecteur privilégié de transmission des idées, d’accès à l’information et de conservation des savoirs. 25 ans plus tard, la maîtrise de la lecture est toujours le préambule obligé d’une participation pleine et entière à la vie culturelle et, plus largement, à la vie en société.

Nous désirons que le livre et la lecture soient les vrais personnages principaux de cette nouvelle politique, parce qu’à eux deux, ils rendent les autres « personnages » plus forts et plus pertinents. En ce sens, voici nos recommandations pour mettre en action les 4 orientations que vous proposez :

ORIENTATION 1 – S’épanouir individuellement et collectivement grâce à la culture

Vous souhaitez accentuer le rôle de la langue française. Il s’avère que les librairies agréées sont garantes d’une expertise et d’un choix qualitatif nécessaire à la pérennité de la culture et du savoir québécois et ce, en presque totalité en langue française. Si nos librairies devaient céder le pas aux seules grandes surfaces, plus enclines à la facilité, notre littérature, actuellement si dynamique sur le marché des ventes au détail, peinerait à suivre le rythme, nous privant ainsi d’une richesse collective fondamentale. Pour cette raison, encore une fois, nous vous invitons à reconsidérer la règlementation du prix du livre.

« La culture et l’éducation vont de pair. » dites-vous. Dans son mémoire déposé dans cadre des consultations publiques, la Commission scolaire de Montréal dit: La bibliothèque scolaire (…) favorise le partage et l’enrichissement culturel sans discrimination sociale et économique.

Ainsi, nous vous demandons d’agir en rétablissant le budget d’acquisition de livres papier dans les écoles à 20M$ par année, pour les cinq prochaines années, en s’assurant que chaque commission scolaire dépense obligatoirement le 16$/élève minimalement recommandé.

ORIENTATION 2 – Façonner un environnement propice à la création et au rayonnement de nos richesses culturelles

Manifestement, vous souhaitez améliorer les conditions socio-économiques des travailleurs. Le programme d’aide aux librairies agréées de la SODEC peut remplir cette mission, mais il est actuellement en révision. Il serait pertinent d’y inclure une nouvelle mesure qui aiderait les librairies à maintenir en poste des libraires qualifiés.

Par ailleurs, concernant le droit d’auteur, la position du Ministère doit être extrêmement ferme. N’était-il pas l’une des raisons importantes de la révision de la politique culturelle? L’avènement du numérique fait en sorte que les droits d’auteur sont bafoués, partout, sans relâche. La culture est une ressource collective, elle a donc un prix, et il est du devoir du gouvernement d’éduquer les citoyens afin qu’ils soient des consommateurs-responsables. Nous croyons que vous devez, à l’instar d’autres gouvernements, intervenir rapidement afin de réglementer les activités touchant la diffusion de contenus culturels québécois et étrangers dans l’univers numérique. Notamment, il vous faut encadrer la vente de livres numériques.

ORIENTATION 3 – Dynamiser la relation entre culture et territoire

Par leur participation soutenue à la vie culturelle de la ville et des quartiers, les librairies, des commerces pas comme les autres, occupent une place primordiale dans le tissu social. Les loyers représentant environ 20% de leurs dépenses, nous estimons qu’une exemption des taxes d’affaires et des taxes foncières devraient leur être accordées.

ORIENTATION 4 – Miser sur la culture et les communications pour le développement économique du Québec

Vous souhaitez appuyer les entreprises et organismes culturels pour la mise en œuvre de leurs stratégies de commercialisation. Le Plan d’action sur le livre ayant pris fin le 31 mars dernier, nous espérons qu’il en restera des mesures structurantes :

  • Une augmentation du budget du Programme d’aide de la SODEC aux librairies agréées à 1,5M$;
  • Le maintien des aides au fonctionnement et des aides pour nos programmes de perfectionnement professionnel.

EN CONCLUSION

Bien sûr, le gouvernement du Québec a fait beaucoup déjà. Pensons à la loi du livre, qui a permis l’implantation de bibliothèques et de librairies sur tout le territoire, en plus de permettre l’essor de l’édition d’ici. Les règlements de cette loi sont actuellement en révision. Nous comptons  énormément sur vous pour vous assurer que les mesures soutenant les librairies soient maintenues, voire améliorées.

Nous croyons qu’avec les changements technologiques, démographiques, ainsi qu’avec les mutations des habitudes de consommation, il faut continuer, plus que jamais, à enclencher les vitesses.


© 2017 Association des libraires du Québec (ALQ) - Tous droits réservés
Association des libraires du Québec (ALQ)
Grâce au soutien financier de : Sodec